Blog & Ressources

Patrick Santilli

Les 6 besoins humains

Comprendre sa hiérarchie des besoins selon la classification de Tony Robbins et Cloé Madanes

« Pourquoi je continue de fumer ? », « pourquoi j’entretiens une relation extraconjugale ? », « pourquoi je me goinfre alors que je voudrais maigrir ? ». Vous faites des choses qui s’opposent à vos valeurs, qui ne correspondent pas à vos aspirations de vie, pour lesquelles vous culpabilisez…. Et pourtant, vous continuez à les faire. Pourquoi ? Voilà un questionnement qui occupe beaucoup de personnes : la réponse est logée dans l’analyse de vos besoins et de la façon dont vous les gérez.

Sachez une chose : vos besoins l’emportent sur vos ambitions et sur vos valeurs. Vos besoins vous rattrapent toujours. Pour mieux les comprendre, penchons-nous un instant sur les 6 besoins fondamentaux que le coach américain Tony Robbins et son associée psychologue Cloé Madanes ont dégagés.

Connaître les 6 besoins humains est un moyen de mieux se comprendre soi-même et les personnes autour de nous. Nos décisions et comportements sont essentiellement conditionnés par ces besoins dont la hiérarchisation individuelle et la manière dont nous les satisfaisons déterminent notre capacité à être heureux, à avoir des relations épanouissantes et à développer nos projets

Les quatre besoins primordiaux

Ces quatre besoins humains sont les plus fondamentaux. Peu importe la méthode, nous cherchons tous à les satisfaire d’une manière ou d’une autre, et ce tout au long de notre vie.

Le besoin de CERTITUDE :

Il s’agit de besoin de sécurité, de confort, de protection, de stabilité. En répondant à ce besoin, vous valorisez le caractère prévisible et anticipable des évènements et placez votre sensation de contrôle en premier plan. Ce besoin est notamment associé aux stratégies d’évitement de la douleur et de recherche du plaisir ou réconfort.

Même si un certain degré de certitude est nécessaire pour nous tous, les domaines dans lesquels chacun a besoin de se sentir assuré.e varient largement. Certains privilégieront la stabilité financière, d’autres un quotidien millimétré, d’autres une foi religieuse profonde, certains mettront en avant un confort matériel ou joueront sur le relationnel, en s’entourant énormément. Notre besoin de certitude est un mécanisme de survie. Il influe sur le niveau de risque que nous sommes prêts à assumer émotionnellement dans les différents domaines de notre vie.

Le besoin d’INCERTITUDE et de VARIÉTÉ :

Si l’on pousse à l’extrême la satisfaction du besoin de certitude, on est amené à renoncer à tout type de variation dans la vie quotidienne, et donc à vivre chaque jour de manière identique, sans surprise ni nouveauté. Une telle vie serait absolument ennuyante, raison pour laquelle nous ressentons également tous un besoin d’incertitude. Il correspond à un besoin de variété, de nouveauté, de défis, de distraction, de surprise, d’inconnu, voire même de risque et de danger.

Il pousse à l’aventure, à la stimulation, à tout ce que l’on qualifie populairement de « piment dans notre existence ». Tout comme un sentiment de sécurité est rassurant, l’enthousiasme qui vient de la variété est nécessaire pour se sentir vivant. C’est également ce besoin qui permet d’accueillir le changement.

Le besoin de SIGNIFIANCE :

Nous partageons tous le besoin de nous sentir importants, uniques, spéciaux, respectés, dignes d’estime et d’attention. Nous avons tous besoin de reconnaissance et que notre vie ait du sens. A différents degrés, nous voulons que notre présence compte et qu’elle soit remarquée, appréciée, valorisée.

Le besoin d’AMOUR et de CONNEXION :

En tant qu’humains, nous devons être connectés à quelqu’un ou à quelque chose. La connexion vient souvent de l’amour et de l’affection. Nous recherchons ainsi des liens avec notre famille, nos amis, nos proches, valorisons l’appartenance à des groupes, voire à des communautés institutionnalisées (culturelles, religieuses, économiques, en fonction de l’âge ou des loisirs). La connexion peut effectivement provenir d’idéaux et de valeurs que l’on partage avec d’autres individus, tout autant que de liens de sang ou de proximité géographique.

On peut encore préciser que beaucoup de personnes satisfont un besoin de connexion en ayant des problèmes, car c’est la façon la plus sûre d’attirer la compassion, l’affection et de s’éviter le rejet. D’autres personnes satisfont ce besoin en n’affirmant pas leur identité, en cherchant systématiquement à plaire pour entrer dans le moule de ce qui est socialement accepté et approuvé.

Les deux besoins d’épanouissement

Bien que certains prennent plus de place chez nous que chez d’autres personnes, nous satisfaisons dans tous les cas nos quatre premiers besoins quoi que nous fassions, dans une quête automatique et, la plupart du temps, inconsciente. Les deux besoins suivants sont des besoins d’épanouissement qui, pour être comblés, nécessitent un effort conscient et délibéré. Leur satisfaction permet d’expérimenter une joie durable au lieu d’un plaisir momentané et d’avoir un impact réel sur nos proches, sur notre entourage et sur le monde.

Le besoin de CROISSANCE :

Il n’y a pas de bonheur dans la stagnation. La croissance concerne l‘expansion de nos capacités, de notre potentiel et de notre compréhension. Pour nous sentir profondément satisfaits, nous avons besoin de nous développer, de progresser, de croître dans les domaines qui sont importants pour nous. Stagner, peu importe le domaine, c’est dépérir à petit feu. La croissance peut être physique, intellectuelle, spirituelle, émotionnelle, personnelle, relationnelle, technique, etc.

Le besoin de CONTRIBUTION :

Si quelqu’un, pendant notre tendre enfance, n’avait pas pris soin de nous, nous n’aurions pas pu survivre. L’attitude généreuse de contribution est ancrée, de ce fait, en tout être humain. Penser et agir au-delà de soi-même est le vrai secret de la réalisation d’un individu. C’est le besoin de pratiquer la considération d’autrui, l’aide, le soutien, et de faire sa part dans des projets collectifs. Le besoin de contribution invite aussi à communiquer la joie et l’enthousiasme, car le partage amplifie ces sentiments.

Satisfaire les besoins

1- La hiérarchie

Nous ne hiérarchisons pas tous nos besoins de la même façon: il est évident qu’un explorateur comme Mike Horn -dont l’activité quotidienne consiste à mettre sa vie en péril- n’aura pas la même échelle de besoin qu’un employé de bureau. Même si c’était le cas, deux personnes avec la même hiérarchie de besoins n’utilisent pas nécessairement les mêmes comportements/stratégies pour les satisfaire.

2- Les forces motrices

Par ailleurs, un besoin qui prime sur les autres doit être envisagé comme une « force motrice » temporaire plutôt que comme un trait de caractère durable. En effet, notre échelle de besoin évolue au cours de notre vie, et même au sein de notre journée! Votre besoin de croissance aura tendance à être bien moins manifeste lorsque, vers midi douze, votre estomac se réveillera. Imaginons maintenant que vous ayez à faire face à une période de famine: rien n’importera plus que la satisfaction de votre besoin de sécurité/confort.

Le manque crée l’obsession

Une fois conscient que le manque d’un élément provoque un acharnement, une obsession à se le procurer, on peut réaliser qu’une personne ayant eu une enfance chaotique, ayant reçu peu d’affection et de stabilité de la part de son entourage aura tendance à privilégier, en tant qu’adulte, la satisfaction de son besoin de sécurité et de son besoin de signifiance, au détriment parfois de projets de vie plus osés. Il faut donc savoir que, dans une dynamique de développement personnel, nous pouvons questionner le bien fondé d’avoir un besoin (par exemple la sécurité) plus saillant que les autres, et travailler sur le fait de moins nourrir ce besoin, afin d’être progressivement plus à l’aise, notamment dans l’incertitude. En effet, Tony Robbins souligne bien que:

The quality of your life is in direct proportion to the amount of uncertainty you can comfortably live with

« La qualité de votre vie est directement proportionnelle à la quantité d’insécurité avec laquelle vous pouvez confortablement vivre. »

Positif, négatif et neutre

Nous pouvons répondre à nos besoins de manière positive, négative ou neutre.

Pour se sentir signifiant on peut, par exemple, être très bon professionnellement (satisfaction positive du besoin), mais on peut aussi se sentir signifiant en traversant de nombreux problèmes (satisfaction négative), ou s’habiller de manière remarquable, extravagante… (satisfaction neutre).

Nombreuses sont également les personnes qui cherchent à satisfaire leurs besoins avec une stratégie de court terme, alors même qu’elle ne sera pas productive sur le long terme (manger pour se sentir rassuré, se montrer dans le luxe pour être considéré, fumer pour s’apaiser, s’enivrer pour se sentir mieux etc…)

Besoins VS valeurs

Nous cherchons à satisfaire nos besoins quoi qu’il en coûte, d’où l’importance de les connaître et d’évaluer nos stratégies de satisfaction. Effectivement, des besoins mal comblés peuvent conduire à des actions regrettables, qui iront contre des valeurs : on sait que la plupart des situations de tromperie s’articulent autour de besoins qui ne sont plus satisfaits au sein du couple officiel. Par exemple, une personne se sentant moins reconnue, appréciée, valorisée dans son couple aura tendance à vouloir combler son besoin de signifiance ailleurs. Dans un autre scénario, la routine dans une vie de couple peut conduire quelqu’un vers une aventure extraconjugale pour satisfaire son besoin de variété. Malgré des principes solides et un coeur bien intentionné, on peut effectivement être attiré.e par la tromperie, tout simplement parce que les besoins priment les valeurs.

Votre analyse des besoins

Comme pour toute démarche de développement personnel, l’analyse des besoins requiert d’y consacrer un moment de calme, à tête reposée, avec du papier et un stylo. Si vous souhaitez y voir plus clair sur vos besoins, procédez de la manière suivante :

1- Pour chacun des besoins cités ci-dessus, notez comment vous y répondez dans votre quotidien, de manière positive ou neutre et de manière négative.

2- Evaluez dans quelle mesure vos réponses aux besoins sont tenables sur le long termes, et s’il n’existe pas d’autre moyen à expérimenter pour les satisfaire de manière plus saine ou plus efficace.

3- Identifiez les deux besoins qui dirigent la majorité de vos décisions: lesquels de ces besoins vous semblent primordiaux, attirent particulièrement votre oeil? Dans votre histoire de vie jusqu’à présent, quels ont été les deux besoins qui ont prévalu ? Qui vous déstabiliseraient le plus s’ils n’étaient plus satisfaits?

4- Analysez les conséquences d’avoir accordé jusqu’à maintenant de l’importance à ces deux besoins particulièrement, et dans cet ordre. Elles peuvent notamment concerner les relations, le travail, le couple, la santé, les finances, la vision d’avenir, l’humeur, etc. Comment ces deux besoins ont-ils « dirigé » votre vie?

5- Evaluez dans quelle mesure vous êtes en accord avec ces conséquences.

6. Puis répondez à la question suivante: pour avancer en direction de mon objectif, pour avoir une meilleure qualité de vie, quel devraient être aujourd’hui mes deux besoins supérieurs ?

7. Comment pourrais-je satisfaire ces 2 besoins de façon mûre et positive ?

Petit bonus

8- Identifiez la règle qui doit vous guider: que doit-il se passer au quotidien pour répondre au mieux à mes différents besoins de manière conforme à ma vision d’avenir?

9- Identifiez les personnes-clés : y a-t-il des personnes clés dans ma vie qui pourraient m’aider à satisfaire ce besoin ? Si oui, que pourrais-je leur communiquer qui les aide à mieux m’aider ?

Conclusion

Les besoins que l’on valorise le plus – consciemment ou non –, vont déterminer la direction que nous donnons à notre vie. La façon dont nous les satisfaisons détermine la qualité de notre vie.

Nota bene : A chaque fois que notre esprit perçoit qu’un comportement vient satisfaire 3 de nos besoins, ce comportement devient une « addiction », que ce comportement ait des conséquences positives, neutres ou négatives.

Prendre le temps de réfléchir à la façon dont ces 6 besoins impactent notre vie est un processus indispensable pour mieux se comprendre et se donner les meilleures chances d’avoir la vie qui correspond à nos aspirations profondes, c’est-à-dire une vie qui a du sens pour nous.

2 commentaires

  1. Duport Arlette sur 6 septembre 2022 à 7h27

    Superbe , clairement sans réfléchir pour moi, le besoin d’être aimée, unique et spéciale !

    Merci pour cet article inspirant,

    Je travaille bcp sur les émotions de mes clientes pour les amener à déceler leurs besoins qu’elles comblent en mangeant .

    • Cloé Bensaï sur 15 septembre 2022 à 17h42

      Merci Arlette pour votre réaction! C’est un atout pour vous que d’avoir ce besoin dominant? Ou plutôt un handicap?

Laissez un commentaire