Blog & Ressources

Patrick Santilli

Le bon moment, c’est maintenant!

L'opportunité n'est pas une question de timing; c'est une question de mindset

Derniers articles

Toutes les thématiques

Programmes

Libère ta force

C’est LA formation digitale du moment sur la confiance en soi. Articulée autour de vidéos quotidiennes pendant 30 jours, à visionner sur une app mobile et à explorer dans le cahier d’exercice associé, elle vous permet d’atteindre la meilleure version de vous-même.

J’ai envie d’évoquer avec vous aujourd’hui le thème de la fenêtre d’opportunité. Si la notion est populaire dans le monde des affaires ou en politique, vous verrez que c’est une notion éminemment psychologique également.

Je rencontre régulièrement des gens qui, en dehors d’un entretien formel, m’abordent pour me faire part d’une situation de vie qu’ils aimeraient modifier. Il peut s’agir, par exemple, de développement personnel ou d’une décision difficile qu’ils aimeraient prendre concernant leur vie de couple ou leur carrière. Lorsqu’on est psychologue, c’est un privilège que de devenir le réceptacle confidentiel de toutes les ambitions, de tous les rêves, c’est aussi un grand désespoir de voir que certains d’entre eux ne dépasseront jamais l’étape du rêve.

Lorsqu’ils me parlent pour la première fois de leurs ambitions, mes interlocuteurs sont généralement pleins d’enthousiasme. Pour certains, il est indubitable que le moment est venu de faire un pas en direction du « mieux vivre », sans attendre. J’observe alors, dans les jours qui suivent, deux types d’attitudes :

  • Celle qui consiste à s’engager activement dans un processus visant à atteindre cet objectif, 
  • Celle qui consiste à en rester à l’étape du “il faudrait que…”. Pour ces derniers, le passage à l’action est repoussé à plus tard… et souvent à jamais.

Pourquoi ce schéma se reproduit-il si souvent ? On peut y répondre de la manière suivante : la vie nous propose régulièrement des fenêtres d’opportunité, mais ces fenêtres ne restent pas constamment ouvertes. Elles dépendent parfois de notre niveau d’énergie ou de circonstances extérieures. Dans tous les cas, conserver une attitude de l’engagement en tous temps permet d’éviter à avoir à faire face à un état de regret, souvent inéluctable si l’on n’agit pas.

À qui n’est-il pas déjà arrivé de se lever un beau matin en se disant : « Ok, maintenant ça suffit ! » ou : « Ok, maintenant je vais le faire ! »… et le lendemain, l’énergie favorable de la veille n’est déjà plus la même ? Cela devient problématique, voire dramatique, pour ceux qui se sont habitués à reproduire ce schéma, parfois des années durant, jusqu’au jour où on peut les entendre dire avec résignation, ou pire, avec regret : “J’aurais dû…”.

Pour éviter cela, je recommande de S’ENGAGER SANS ATTENDRE, c’est-à-dire de passer à L’ACTION IMMÉDIATEMENT pour saisir la fenêtre d’opportunité tant qu’elle est ouverte. Un proverbe chinois dit la chose suivante : « le meilleur moment pour planter un arbre c’était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment c’est maintenant ». L’état d’esprit auquel ce proverbe nous invite peut prévenir un retour en arrière vers ce que certains appellent “la zone de confort”, sorte de pataugeoire à excuses. Parmi les excuses qui reviennent souvent, il y a le fait d’attendre “le bon moment”. Généralement le bon moment c’est MAINTENANT!

René Magritte, La Clé des Champs, 1939

Cette réflexion m’invite à reformuler la définition de la « fenêtre d’opportunité ». Si celle-ci est bien souvent perçue comme un « timing avantageux », relatif à des conditions extérieures accommodantes, je te propose de la concevoir comme une disposition favorable à l’action immédiate. Dans la théorie de Kingdon, qui définit la fenêtre d’opportunité dans le domaine politique, celui-ci utilise la métaphore spatiale : la fenêtre constitue l’alignement des planètes pour une mission stellaire qui devra repousser son départ de plusieurs années si le coche de départ est loupé, pour attendre jusqu’au prochain alignement.

Kingdon parle de trois paramètres dans l’ouverture d’une fenêtre d’opportunité : les problèmes, les solutions, et la politique (ce dernier point représentant en réalité les éléments contextuels). Au problème « mes plantes ne poussent pas », on peut trouver la solution « il faut fertiliser ton sol ». Seulement, si le sol en question n’est pas fertilisé à la bonne période de la saison, les bénéfices de la fertilisation seront nuls, et les plantes ne pousseront pas plus. Il est vrai que les circonstances ne sont parfois pas favorables à une action immédiate. Alors si, pour des raisons contextuelles, l’alignement des planètes est hors de ton contrôle pour faire démarrer ta fusée, assure-toi que l’appareil spatial soit prêt à décoller à tout moment, dès que les planètes feront mine d’ajuster leur position à nouveau. 

« L’avenir n’est que du présent à mettre en ordre. Tu n’as pas à le prévoir mais à le permettre »

Antoine de Saint Exupéry, Citadelle.

Afin de pouvoir bien saisir les fenêtres d’opportunité qui se présenteront, il est effectivement nécessaire d’être dans un état psychologique favorable, dans des conditions de réceptivité et de réactivité optimales. Pour améliorer cet état psychologique, une bonne hygiène de vie est fortement recommandée, et des exercices comme la méditation peuvent être de bons alliés. De même, il est nécessaire de prêter attention à ses pensées, notamment celles qui s’attardent sur des éléments hors de ton contrôle ou sur le passé…

Rends-toi compte: si tu veux écrire le prochain chapitre de ta vie, peut-être faudrait-il arrêter de constamment relire les anciens!

Par ailleurs, il est absolument indispensable de cultiver une bonne estime de soi :

Nous sommes prêts à accueillir dans nos vies uniquement ce que nous nous pensons dignes de recevoir !

Et si tu es conscient que ta posture actuelle n’est pas optimale afin de saisir les opportunités qui te rapprocheront de ton objectif, pose-toi la question suivante : combien de temps encore je vais tolérer de renoncer à mes rêves ? Si tu ne te sens pas prêt à te lancer maintenant, fixe-toi une date butoir : « je suis prêt à renoncer à mes opportunités pendant encore 3 mois/ 2 ans / 10 ans ». Observe maintenant quel effet ce délai provoque en toi. Recalibre en fonction de cet effet ta date butoir autant de fois que nécessaire. Sauter sur une opportunité demande beaucoup d’énergie, de courage, de travail et d’optimisme : ce n’est pas facile… Mais rester dans une situation d’insatisfaction n’est pas plus facile non plus ! Choisis ta difficulté.

Il faut en effet bien être au clair en ce qui concerne la réalité suivante : renoncer à saisir une opportunité n’a pas qu’un effet négatif à court terme. Cela génère effectivement une frustration immédiate mais peut également développer un processus de culpabilisation et endommager ton estime de toi. Cela peut aussi te donner l’habitude d’une attitude de renoncement qui fait de la pataugeoire aux excuses ta zone de confort. Pour être fier.ère de toi et dans une dynamique prolifique, profite des fenêtres d’opportunité lorsqu’elles sont ouvertes ! Demande enfin ce que tu rêves de demander depuis des mois. Communique sur tes désirs. Inscris-toi enfin à cette formation dont tu rêves. Écris enfin cette lettre d’amour / ou de démission. Oses enfin faire le premier pas d’un projet de vie. En d’autres termes, utilise cette énergie favorable pour activer le processus MAINTENANT et pas demain. Car « demain » est le cimetière de bien des projets.

  • #c’estmaintenant
  • #siontefermedesportespasseparlafenêtre
  • #vas-y

En lien avec ce thème et pour approfondir la question du passage à l’action, tu peux lire notre article sur la prise de décision, qui constitue la première étape du changement.

2 commentaires

  1. Pauwels sur 15 septembre 2022 à 10h45

    C’est totalement vrai. J’ai vécu cela à plusieurs reprise et à chaque fois que je me suis donnée « un coup de pied au c.. » parce que je sentais que c’était maintenant et cela à marché.
    L’estime de soi est aussi un paramètre important, mais c’est une discussion de tous les moments, comme un peu le syndrome de l’imposteur: Est-ce que je serai à la hauteur ? est-ce que je vais savoir le faire ? etc…et c’est un sacré frein parfois, mais aussi une force à d’autre moment.

    • Cloé Bensaï sur 15 septembre 2022 à 17h40

      Merci pour votre commentaire qui m’interpelle! Le syndrome de l’imposteur est une force? Vous pouvez développer?

Laissez un commentaire